Lauréat Chaumont-sur-Loire

À propos du projet

LE JARDIN // ce que l’on sait, ce que l’on voit

 

“Comment voyez-vous cet arbre ? Vert ? Mettez donc le plus beau vert de votre palette ; et cette ombre ? Plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible.” Comme Paul Gauguin dans Oviri, écrits d’un sauvage, ce jardin sépare ce que l’on voit de ce que l’on sait.

 

Aujourd’hui nous analysons, photographions, décortiquons. Mais savons-nous vraiment regarder ? Il faut réapprendre à observer la Nature pour mieux appréhender les démarches biomimétiques de demain ! Ces biotopes qui ont leurs propres systèmes de survie, de protection et de communication, ont aussi à nous apprendre l’entraide et la construction collective, a priori invisibles.

 

Un observatoire est le point d’entrée du jardin. Il dispose de cannes en bambou utilisées comme des télescopes. Quelques surprises sont à prévoir au bout de ces longues vues : lentilles déformantes, grossissantes, kaléidoscope… L’idée est de se connecter à ses propres ressentis.

 

L’observatoire apprend à regarder au-delà du paysage, habituellement vaguement considéré, et toujours dans sa globalité. Il s’agit au contraire de capter les détails des espèces végétales ordinaires qui nous entourent. Ici et là, des touches de couleurs mettent en valeur racines, feuillages, troncs, nervures… Elles se déposent en anamorphose peinte, en auréoles suspendues ou en cercles pleins. Des éclats de miroir et des filtres transparents ouvrent la composition des sols. Ainsi s’appréhende l’invisible, ses fonctionnements et ses secrets.

 

 

CONCEPTEURS

LE PACK PAYSAGISTE
ATELIER DÉAMBULONS
L’ARCHITECTE Anne-Sophie Gouyen
LA DESIGNER Louise Rué

 

Catégorie

Design & végétal, Evènements / Scénographies, Jardins paysagés, Projets